[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Web Creator] [LMSOFT]
CD 1

Le Marteau Double (2003) 1st movement

For 11 musicians and computer
Created in France at the Auditorium of the National Conservatory of the Region of Lille - France - 2003

The work explores repetitive music, by dwelling on making the gradual tempo changes which are characteristic of it (frequent time signature changes) but also by renewing the principle of a single direction, by having 2 levels of writing and 2 starting points.
2 universes sit side by side.
The first stems from the new technologies and is controlled by the computer.
The second is played by the musicians.These two opposing starting points will constitute the form of the music, alongside the contrapuntal development.
The 1st starting point that opens the piece is the note G3 on the piano, played by the computer. The hammer of the piano is virtual.Rhythm, length and intensity are regular. You could say that this musical theme is the radical stylisation of minimalism.

The second starting point is the introduction of 2 marimbas and
2 vibraphones, which are also controlled by the computer. The score for these brings out the rhythmic shifts and organised tempo disorder.
The note D played by the pianist comes to join the rhythm of the 1st hammer.It is this 2nd hammer, struck by the hand of man, that will forge the 1st movement, while being guided by the virtual hammer with its relentless rhythm.

The 1st universe will bring the instrumental world back to itself and little by little, a dialogue will be built up between the two levels of writing, between the two universes.

Quatuor N°3 (2003)

For string quartet, synthesizer and sampler – Performed by Arsis String Quartet  and Pascal Preneta : Keyboard and sampler
Created in France at the Auditorium of the NationalConservatory of the Region of Lille - France - 2003

This 3rd string quartet contains 3 movements. 
Here, as with the double hammer, there is a confrontation between the virtual universe and the instrumental universe.Samples played on the synthesizer are mixed with the instrumental interplay of the string quartet.
Rhythm, the additive or subtractive composition system, and changes in the time signature are the dominant elements in the piece.

L’Orpheon de jade (1985)

Third version for 4 pianos (2009) performed by Pianist Veronique Vanhoucke.
1st production: Institute for Psychoacoustics and Electronic Music in Gand (IPEM) – 1985 – Second version in Live , at the Auditorium of the National Conservatory of the Region of Lille - France – 2003

This version follows on from the one written in 1982, which is played on the synthesizer and recorded on magnetic tape.

In 1973, Patrick Dorobisz composed his first repetitive pieces using electronic music recorded on magnetic tape. To play back the work, he used several tape players which he did not synchronise, in order to obtain rhythmic shifts and a random, moving harmonic architecture.

With the emergence of computers in 1983, Patrick Dorobisz returned to this concept and developed it, writing short units of melody that he looped on each of the computer’s tracks, but with a different time signature each time, and in random order. While the tape players let a different harmony be heard, the computer played this moving harmony and set it definitively.
The rigour of the computer performance brought out new melody lines, which were not written or clearly defined rhythmically. Paradoxically, it would therefore be the absolute accuracy of the computer that would fix the random nature of the harmony and create a definitive musical form.
The composition of "L’orphéon de jade" is based on this system of writing.
In this version for 4 pianos, I opened the form, added microtonality and clusters.
 
"Two" Computer Sonate
For violin, viola and computer
1st Movement - (1998 - revisited in 2002)
Performed by Caroline Dooghe (violin) and Annie Delplanque (viola)

Extended Games  (2009)

For Cello and Computer - Performed by Jean-Michel Moulin : cello soloist of the National Symphony Orchestra of Lille in France.

 « Extended Games » is like a digital painting. I thought of a painting with forms, colours, lines and different textures. I print this painting on canvas with a large printer, and afterwards I rework the print with oil paint and acrylic paint to extend/augment the spectrum.
I place 2 universes side by side, the virtual and the real universe. It's the same for this piece.
First I recorded some bars with the cello. With the computer, I transformed the sound. Then I rewrite a new score for cello, thinking of the effects in real time, but also the counterpoint between the electronic sounds/colours/forms and the lines of the cello.”



CD 2

Le Gai savoir
For 4 marimbas (1st produced with Radio France Fréquence Nord – 1984)
Performed by marimbist Aiko Miyamoto (recording 2010)

This piece is characterised by its additive and subtractive composition system and  the superimposition of themes.

Muziek Voor Klarinetten en Computer
Performed by Jacques Merrer :  solo clarinet of the National Symphony Orchestra of Lille in France. (2008)

Le Serpent d’Or 
Cello counterpoint for 4 cellos (1994)
Performed by Jean-michel Moulin  :  cello soloist of the National Symphony Orchestra of Lille in France. Recording 2009

Jeu de cloches
Performed by computer (1997)

Colorfield in C mj
Performed by Arsis String Quartet (1998)

Il était une fois
[Excerpt] For Four organs :  Performed by computer (1983)

Wagner Express
Tape music (1984)

Trois plus Onze
For silence / extra-European (ethnic), European instruments and computer. First creation : International computer music conference : Ann Arbor - MichiganUSA.(1997)

The perception of musical time is the main concern in this composition.
This work, which is performed with computer techniques, is enriched with sound colours made by sampling of ethnic instruments (rababa, sarangi) which are superposed to European instruments, including a clarinet in 1/4 tone made with physical modelling means, and completely "abstract" sound materials.

All these different instruments are used to produce sound textures, organised in continuums beginning by crescendos and ending with descrescendos, segmented by strong striking ups such as piano and bells, so as to reveal segments of rest and give them a musical quality of equal significance.




Computer Music Ensemble's musicians :

Flûte : José - Yves Janquin,  Clarinette : Florian Cadoret,  Piano, Keyboards : Pascal Preneta, Guitare : Fred Alan Ponthieux, Marimba : Pierre-Louis Janquin, Violons : Nicolas Desmalisnes, Caroline Dooghe, Benoît Courtrai, Yasmine Hamani. Alto : Cristelle Rimbert, Cello : Youri Sprogis. Contrebasse : Pascal   Thibaut
  
CD 1

Le Marteau Double (2003) 1er mouvement

Pour 11 musiciens et ordinateur - Création Française : Auditorium du Conservatoire National de Région de Lille (2003) - Interprétation : Computer Music Ensemble - Avec l’aide de la DRAC Nord Pas de Calais, de la Région, et de la ville d’Hellemmes.

L'oeuvre s’inscrit dans l’exploration de la musique répétitive, en s’attardant à complexifier leschangements graduels dans le temps qui en sont ses caractéristiques, (modifications fréquentes de la signature temporelle) mais aussi en renouvelant le principe de la direction unique en ayant deux niveaux d’écriture et deux points de départ.

Deux univers se côtoient : le premier est issu des nouvelles technologies, il est géré par l’ordinateur,  le second est joué par les musiciens.
Le 1er point de départ qui ouvre l’œuvre est le sol 3 d’un piano joué par l’ordinateur. Le marteau de ce piano est virtuel. Le rythme, la durée, l’intensité sont réguliers. On peut dire que ce thème musical est la stylisation radicale du minimalisme.

Le second départ est l’entrée des deux marimbas et des deux vibraphones qui sont eux aussi joués par l’ordinateur et dont l‘écriture fait apparaître des décalages rythmiques. Un Ré joué par le pianiste, va rejoindre le rythme du 1er marteau.
C'est ce 2e marteau, frappé par la main de l'homme, qui va forger le 1er mouvement, tout en étant guidé par le marteau virtuel au rythme implacable.
Un dialogue musical va alors s’instaurer  entre les deux niveaux d’écriture, entre les deux univers.
 
Quatuor N°3 (2003)

Pour quatuor à cordes, et échantillonneur.
Interprétation Arsis String Quartet, Clavier et échantillonneur : Pascal Preneta.
Création Française : Auditorium du Conservatoire National de Région de Lille (2003)

Ce 3ème  quatuor à cordes comporte 3 mouvements.
Les couleurs des cordes sont doublées d'échantillons sonores électroniques, qui proviennent de l'enregistrement acoustique de ce quatuor. Ceux-ci sont joués au clavier.
Les couleurs sonores électroniques, le système compositionnel additif ou soustractif,  sont les caractéristiques de ce quatuor à cordes.

L’orphéon de Jade 
3ème  Version pour 4 pianos : 2009

Interprétation Veronique Vanhoucke,  Pianiste.
1ère création de la 1ère version : Institut de Psychoacoustique et de musique électronique de Gand (IPEM) – 1985

En 1973, j'ai commencé mes premières pièces de musique répétitive électronique,  que j’enregistrais sur des bandes magnétiques K7.  Pour restituer l'oeuvre, j'utilisais plusieurs magnétophones que je ne synchronisais pas, afin d'obtenir des décalages rythmiques. À chaque écoute une nouvelle harmonie s’en dégageait : Il s'agissait en fait d'une architecture harmonique aléatoire et mouvante. 

Avec l’apparition de l’ordinateur en 1983, j'ai repris ce concept en écrivant de courtes cellules mélodiques sur chaque voix de l’ordinateur, mais avec une signature temporelle à chaque fois différente et dans un ordre aléatoire.
 
À l'inverse des magnétophones, la rigueur de l’interprétation par l'ordinateur faisait apparaître de nouvelles lignes mélodiques, qui n'étaient pas écrites ou  clairement définies.
Paradoxalement, c’est donc la précision absolue de l’ordinateur qui va fixer l’aléatoire de l’harmonie et qui va créer une forme musicale définitive.
 
J'ai donc poursuivi dans cette voie et j'ai écrit l'orphéon de Jade sur ce principe en 1985, alors que j'étais à L'IPEM de Gand. 
Cette pièce se caractérise par sa gamme pentatonique répartie en 2 groupes avec chacun 4 systèmes mélodiques répétitifs, deux en 5 notes, deux autres en 6 notes, dont l'un est décalé par une double croche: ces systèmes étant écrits en croches.

J'ai ensuite expérimenté une seconde version, pour orchestre de chambre  où la version ordinateur était augmentée du jeu instrumental.  Chaque instrumentiste devant jouer son thème en s'isolant des autres musiciens, pour retrouver ce concept d’architecture harmonique mouvante.

Dans la 3ème  version, celle qui est enregistrée sur ce CD, j'ai toujours conservé mes 4 systèmes mélodiques mais en répétant certaines cellules et j'ai ouvert la forme, afin d'introduire du piano préparé et de la micro-tonalité en jouant sur les cordes du piano.

"Two" Computer Sonate

Pour violon, violon alto et ordinateur - 1er Mouvement - (1998, revisité en 2002)Interprétation : Caroline Dooghe (violon) et Annie Delplanque (violon alto)

En 1998 j’ai écrit une sonate pour violon et violon alto. En 2002, j’ai eu l’idée de recycler cette même sonate en forme ouverte pour n’importe quel instrument et bande préenregistrée...
2 étapes ont été nécessaires pour écrire cette nouvelle version.
La première a été le « recyclage » qui consistait à réécrire et à recomposer la première partition qui a été enregistrée et transformée avec l’ordinateur, afin de créer une texture sonore électronique : une trame électroacoustique.
La deuxième phase est celle de la création finale pour le jeu en direct.
Les musiciens ont à leur disposition une nouvelle partition mais cette fois graphique (univers instrumental + univers virtuel), d’où sont extraites certaines cellules de la première partition dont certaines sont plus visibles que d'autres. 
Les musiciens doivent réinterpréter l’œuvre en développant ce qu’ils voient et perçoivent sur la partition graphique.

Extended Games     (2009)

Pour violoncelle et ordinateur - Interprétation : Jean-Michel Moulin Violoncelliste soliste à l’orchestre national de Lille et musicien du Patrick Dorobisz Ensemble.

“Extended games” est comme une peinture digitale abstraite, informelle,  qui est  imprimée sur une grande toile et que je retravaille à la peinture à l’huile. Une technique qui s’appelle « mixed media on canvas ».
Je commence par reprendre les contours, je modifie les formes, j’en fais apparaître d’autres, je retravaille les couleurs…etc.
 
Extended Games est à l'identique d'un "mixed media on canvas".

J’ai enregistré quelques mesures de violoncelle et avec les enregistrements, j’ai créé des matériaux sonores afin de créer une trame électroacoustique comme dans ma pièce "Two".
J’ai ensuite structuré ce tableau sonore et j’ai écrit la partition instrumentale en pensant à des lignes, à des formes, à des couleurs, à des contours, afin d’obtenir un dialogue entre fond et formes.


CD 2

Le Gai Savoir  (1984)     pour 4 Marimbas (enregistrement 2010)
 
Interprétation Aiko Miyamoto,   marimbiste à l’orchestre national de Lille et musicienne du Patrick Dorobisz Ensemble
.
Cette œuvre se caractérise par son système  additif, soustractif  et la superposition de motifs.  La première version était jouée par un ordinateur en employant des marimbas midi.  (Création Radio France Fréquence Nord 1984)


Muziek voor Klarinetten en computer  (2008)
Interprétation  Jacques Merrer.

« Muziek voor Klarinetten en computer » est une pièce pour clarinette et ordinateur que j'ai écrit à la demande de Jacques Merrer, clarinette solo Eb à L'Orchestre National de Lille, directeur de collection pour la petite clarinette, professeur au Conservatoire d'Arras.

Cette pièce se caractérise par son rapport à la peinture, et plus particulièrement son encrage dans l’art informel, l’art abstrait géométrique, le street art ou encore le graffiti art.

J'ai écrit le premier mouvement en pensant à la peinture qui caractérise l'art informel et gestuel, à des peintres comme Antoni Tàpies, Hans Hartung, Georges Mathieu ou encore Jackson Pollock.
Comme dans cette peinture, le matiérisme est aussi le signifiant de l'informel, j'ai cherché à étendre l'informel de mon écriture en le doublant par le son électronique afin de rejoindre un certain matiérisme sonore : signifiant de l’informel, pour accentuer la non directivité, l’absence de directions de mon écriture, sans toutefois tomber dans la discontinuité musicale.
Je veux dire par là que dans ce premier mouvement, mon écriture ne va pas de A ver B, comme dans toutes les musiques, mais elle correspond beaucoup plus à des lignes courbes tracées avec une très grande gestuelle ou aux lignes tracées par des pots troués qui contiennent de la peinture, et qu'on promène au dessus d'un tableau posé à plat sur le sol : la composition picturale se fait à l’intuition de l’artiste.
J’ai écrit ce 1er Mvt de cette façon.

Je traçais avec les notes des courbes, non pas avec de la peinture mais avec de la matière sonore électronique.

Celle-ci est aussi le double virtuel de la vraie clarinette, le signifiant de l’informel qui confère un trouble à l’écriture instrumentale.

Le 2ème mouvement est divisé en 2 sections.
Dans la première section une seule clarinette joue. Dans la seconde, 2 clarinettes jouent.

Je ne voulais plus cette fois rester dans l'esthétique de l'art informel, mais plutôt aller vers une certaine géométrie de la courbe tracée à l'aide du compas.
Je pensais naturellement à l'abstraction géométrique, à des peintres comme Vassily Kandinsky, Sonia Delaunay ou Paul Klee.

Dans cette 1ere section, je fais apparaître le double de la clarinette qui est jouée avec un effet électronique, un delay, afin de donner une réminiscence du 1er Mvt et de conserver mon idée du double, du signifiant de l’informel.

Dans la 2eme section, je fais disparaître le son électronique au profit de 2 clarinettes qui jouent en direct.
Dans cette section j'ai naturellement poursuivi mon idée de courbes géométriques mais aussi de points : le point comme générateur de la ligne.
Cette section se termine par une composition de lignes courbes, nous sommes dans un tableau abstrait avec un contrepoint entre 2 instruments.

Avec le 3ème Mvt je transporte ma musique à la fin du 20ème et au début du 21ème siècle en lui donnant un caractère de musique populaire.
J'emploie un vocoder et un rythme électro pop tout droit sorti d'un synthétiseur grand public, en pensant à l'art qui caractérise cette musique, c'est-à-dire le street Art ou le graffiti Art.
J'ai ici écrit les notes, les phrases musicales comme des graffs, réalisés très rapidement à la bombe de peinture.


Le Serpent d’or (1994)

Cello contrepoint pour 4 violoncelles  interprété par Jean-michel Moulin, violoncelliste soliste à l’orchestre national de Lille et musicien du Patrick Dorobisz Ensemble -  Enregistrement  2009.
 
Cette œuvre se caractérise par son système additif, soustractif  et la superposition de motifs.

 Jeu de cloches (1997)

Il s'agit d'une oeuvre pour piano et bande, que j'ai réécrit pour ordinateur avec des sons de cloches.

Colorfield in C Maj. - (1998)
 
Interprétation Quatuor Arsis.
 
Littéralement "champ de couleurs", de matières, de textures, de lignes, un colorfield en do majeur qui ramène le temps musical à son rabattement, c’est-à-dire à une surface musicale, un plan.
J’ai ensuite re-structuré cette surface matiériste colorée en utilisant l’ordinateur et en transformant par les moyens numériques certaines textures, pour enrichir cette matière primaire originelle qu’est le son.

Il était une fois (1983)
Version pour ordinateur

4 notes pour un voyage.  J’ai repris un thème que je jouais à la guitare basse quand j’étais dans mon groupe de rock au début des années 70. 

Wagner Express  (1983) : pour bande magnétique
 
Réduction compression de " Der ring des Niebelungen" en 5 minutes - Hommage à John Cage.

Trois plus Onze ( 1997)

Pour silence, instruments ethniques, instruments Européens et ordinateur-1997. 

Musique à caractère méditatif dont la perception du temps musical est le souci premier dans la composition.
Cette oeuvre réalisée avec les techniques informatiques est enrichie de couleurs produites par l'échantillonnage d'instruments éthniques de type, Rabab, Sarangi, cloches...qui viennent se superposer aux instruments Européens, dont une clarinette en 1/4 de ton réalisée avec les moyens de la modélisation physique, et aux matériaux sonores. 
Toutes ces différentes lutheries sont utilisées pour produire des textures sonores, organisées en continuums commençants par des crescendi et finissant par des decrescendi, segmentés par des attaques fortes de type piano et cloches, afin de dévoiler des segments de silence et leurs conférer une musicalité d'égale importance.




Musiciens du Computer Music Ensemble :

Flûte : José - Yves Janquin,  Clarinette : Florian Cadoret,  Piano, Keyboards : Pascal Preneta, Guitare : Fred Alan Ponthieux, Marimba : Pierre-Louis Janquin, Violons : Nicolas Desmalisnes, Caroline Dooghe, Benoît Courtrai, Yasmine Hamani. Alto : Cristelle Rimbert, Cello : Youri Sprogis. Contrebasse : Pascal   Thibaut
  
SPECIAL DOUBLE CD SNEEUW :
minimal, experimental, computer music...etc...
musique minimaliste
Home    Biography    List     Cds    MP3    Video    TxT    Press    Bibliography     Ensemble     Partitions Sheet Music     Archives
Blog      Contact    
Patrick Dorobisz
Patrick Dorobisz
EUROPE
14 €                               
+ shipping 2.50 €
Total : 16.50 €

 
OUTSIDE EUROPE
14 €                               
+ shipping 4.50 €
Total : 18.50 €

 
A propos de ce double album


Ce double album est une photographie de ma musique qui représente mes différents axes de création. J’ai choisi les pièces qui étaient les plus représentatives ; de la computer music à ma musique répétitive, en passant par une pièce conceptuelle comme Wagner Express.

Certaines sont écrites pour instrument solo, pour orchestre de chambre, pour ordinateur ou encore pour bande magnétique .

Patrick Dorobisz - 2013
  
About Double CD SNEEUW


This double album is a photograph of my music.
It is a photo which represents my different creative areas well. I have chosen the pieces that are the most representative of my music, from computer music to my repetitive music through a conceptual piece like Wagner Express.

There are pieces for solo instrument, for chamber orchestra, for computer or for tape.

Patrick Dorobisz - 2013
minimalist composer Patrick Dorobisz - Computer music, Experimental Music, Minimalist music, New contemporary music, minimal art, painting
Choose Europe or Outside Europe