[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Web Creator] [LMSOFT]
Patrick   Dorobisz
Home      Biography      List     Cds    MP3    Video    TxT    Press    Bibliography
Ensemble    Partitions Sheet Music     Archives     Blog    Contact    
EXTENDED GAMES (2009)
Pour Violoncelle et ordinateur

« Extended Games «  est comme une peinture numérique.
J’ai pensé une peinture avec des formes, des couleurs, des lignes et différentes textures. J’imprime cette peinture sur de la toile en utilisant une grande imprimante et ensuite je retravaille l’impression avec de la peinture à l’huile et de la peinture acrylique pour étendre/augmenter le spectre des couleurs.
Je fais côtoyer 2 univers, le virtuel et l’univers réel. Le process est le même pour la composition de cette pièce.
Dans un premier temps, j’ai enregistré quelques mesures du violoncelle. J’ai transformé le son. Ensuite je réécris une nouvelle partition pour violoncelle en pensant aux effets en temps réel mais aussi au contrepoint entre les sons électroniques (couleurs, formes…etc) et les lignes » du violoncelle. »

  
EXTENDED GAMES (2009)
For Cello and Computer

“Extended Games" is like a digital painting.
I thought of a painting with forms, colours, lines and different textures. I print this painting on canvas with a large printer,
and afterwards I rework the print with oil paint and acrylic paint to extend/augment the spectrum.
I place 2 universes side by side, the virtual and the real universe.
It's the same for this piece.
First I recorded some bars with the cello. With the computer, I transformed the sound. Then I rewrite a new score for cello, thinking of the effects in real time, but also the counterpoint between the electronic sounds/colours/forms and the lines of the cello.”

  
Le  marteau double (2003)
Pour 11 musiciens et ordinateur - 1er mouvement

L'oeuvre s’inscrit dans l’exploration de la musique répétitive, en s’attardant à complexifier les changements graduels dans le temps qui en sont ses caractéristiques, (modifications fréquentes de la signature temporelle) mais aussi en renouvelant le principe de la direction unique en ayant 2 niveaux d’écriture et 2 points de départ.
2 univers se côtoient :
- Le premier est issu des nouvelles technologies, il est géré par l’ordinateur.
- Le second est joué par les musiciens.
Ces deux points de départ qui s’opposent vont au fur et à mesure du développement contrapuntique constituer la forme musicale.

Le 1er point de départ qui ouvre l’œuvre musicale est le sol 3 du piano joué par l’ordinateur. Le marteau de ce piano est virtuel.
Le rythme, la durée, l’intensité sont réguliers. On peut dire que ce thème  musical est la stylisation radicale du minimalisme.
Le second départ est l’entrée des 2 marimbas et des 2 vibraphones qui sont aussi gérés par l’ordinateur et dont l‘écriture fait apparaître des décalages rythmiques et des désordres temporels organisés.
Le Ré  joué par le pianiste, va rejoindre le rythme du 1er marteau.
C'est ce 2e marteau, frappé par la main de l'homme, qui va forger le 1er mouvement, tout en étant guidé par le marteau virtuel au rythme implacable.
Le 1er univers  va ramener à lui le monde instrumental et petit à petit, un dialogue va s’instaurer  entre les deux niveaux d’écriture, entre les deux univers.
  
Le marteau double (2003)
For 11 musicians and computer – 1st movement

The work explores repetitive music, by dwelling on making the gradual tempo changes which are characteristic of it (frequent time signature changes) but also by renewing the principle of a single direction, by having 2 levels of writing and 2 starting points.
2 universes sit side by side:
- The first stems from the new technologies and is controlled by the computer.
- The second is played by the musicians.
These two opposing starting points will constitute the form of the music, alongside the contrapuntal development.

The 1st starting point that opens the piece is the note G3 on the piano, played by the computer. The hammer of the piano is virtual.
Rhythm, length and intensity are regular. You could say that this musical theme is the radical stylisation of minimalism.
The second starting point is the introduction of 2 marimbas and 2 vibraphones, which are also controlled by the computer. The score for these brings out the rhythmic shifts and organised tempo disorder.
The note  D played by the pianist comes to join the rhythm of the 1st hammer.
It is this 2nd hammer, struck by the hand of man, that will forge the 1st movement, while being guided by the virtual hammer with its relentless rhythm.
The 1st universe will bring the instrumental world back to itself and little by little, a dialogue will be built up between the two levels of writing, between the two universes.

  
Quatuor N°3 (2003)
Pour quatuor à cordes, synthétiseur et échantillonneur - Interprétation Arsis String Quartet

Ce 3e quatuor à cordes comporte 3 mouvements.  Il y a ici comme dans le marteau double une confrontation entre l’univers virtuel et l’univers instrumental.
Des échantillons, qui sont joués au synthétiseur, sont mixés au jeu instrumental du quatuor à cordes. Le rythme , le système compositionnel additif ou soustractif,  les changements de la signature temporelle (Time signature) sont les éléments dominants de l’œuvre.
  
Quatuor N°3 (2003)
For string quartet, synthesizer and sampler – Performed by Arsis String Quartet

This 3rd string quartet contains 3 movements.  Here, as with the double hammer, there is a confrontation between the virtual universe and the instrumental universe.
Samples played on the synthesizer are mixed with the instrumental interplay of the string quartet. Rhythm, the additive or subtractive composition system, and changes in the time signature are the dominant elements in the piece.

  
minimalist composer Patrick Dorobisz - Computer music, Experimental Music, Minimalist music, New contemporary music
3+11
Patrick Dorobisz [ 1997]
For silence / extra-European (ethnic), European instruments and computer.

The perception of musical time is the main concern in this composition.
This work, which is performed with computer techniques, is enriched with sound colours made by sampling of ethnic instruments (rababa, sarangi) which are superposed to European instruments, including a clarinet in 1/4 tone made with physical modelling means, and completely "abstract" sound materials.
All these different instruments are used to produce sound textures, organised in continuums beginning by crescendos and ending with descrescendos, segmented by strong striking ups such as piano and bells, so as to reveal segments of rest and give them a musical quality of equal significance.
UNA
Patrick Dorobisz [ 1980 ]
For one single violin note, tape band, organ or synthesizer
Unfixed time

Una follows on from different conceptual artistic research works and electronic musical research works developed with oscillators, synthesizers and tape recorders.
A harmonic part is played live, other sequences are recorded. The violin is recorded on a second tape-recorder and set in action by the engaging device of the band, while the tape recorder engine is slowed down.
My intent here to take musical language in its barest simplicity (a few notes repeated to infinity).
GEOMETRIA - 1989
Music for computer - FM synthesis - [ 12'43 ]
Patrick Dorobisz

Geometria's composition technique consists in treating the sound space through a dynamisation and a permanent mobility of sound blocks, depending on an inspiration from graphic elements: point, line and plan.
Formal grammar developed by the painter and theoreticianWassily Kandinsky.
Sound space is treated by analogy with space in the Euclidean geometry. The concern to make the readability of drawn figures audible, has determined the composition. Similarly figures have influenced the graphic composition.
Three sound sections characterise the work, and each of them corresponds to specific forms of enveloppes which are determining for the creation of each sound material.
The first section from 0' to 4'11 tries to correspond to free curves, points/circles and the blue colour.
The equalization of this section remains rather dark and high frequencies are attenuated.
Type of envelope used : null attack/important length in time

The second section from 4'11 to 7'12 tries to correspond to straight lines and the red colour, the atmosphere is more aggressive.
Type of envelope used : strong attack/ long length

The third section from 7'13 to 12'45 corresponds to the variations of the elements previously treated and to the yellow then white colour (white noise dominating)
Type of envelope used : long attack equivalent to its falling time.
The symphony of machines
Patrick Dorobisz [ 1985 ]
[ IPEM - Gand - Belgium ]
Music for tape, samples and computer.
Three sequences
1-Aria,  2-Akhitektonika, 3-Souprematika
[ international award Bourges 1986 ]

Sequence 1 : ARIA 2'46 (magnetic tape)
This first sequence is composed of raw materials with very sharp outlines (real sounds of machines), phrased with rests, similar in some extent to black and white which unveil a merely utilitarian form.
Each sound has its own spatial position, it is autonomous in a quadriphonic space.
The coming together of rest intervals results in bringing together sound materials. The rythmics which reveals itself is no longer based on the rythmics concept of heights (melody), but on that of spatialisation : it announces the new concept of spatial melody, a distribution of successive sound materials in space.

Sequence 2 : AKHITEKTONIKA 6'24 (magnetic tape and sampler)
This second sequence is still composed of raw materials (machine sounds), some of which are sampled and set contrepuntally.
Each sound element is mixed in a construction mainly resulting from a process of spatial composition.

Sequence 3 : SOUPREMATIKA 9'05 (computer) FM synthesis
This third sequence is characterised by the creation of digital sounds made through the analysis of the sound spectrum of raw materials from sequence 1 (Aria) and those from sequence 2 (Akhitektonika), with a view to create a spatial organisation depending from the sound blocks obtained.
These sound blocks result from the combination between the sound material micro-structure and its writing. The whole of the work is computerized.
Conducted by the computer CX5m-Yamaha.



  
L'ORPHEON DE JADE
Patrick Dorobisz
 (IPEM-Gent 1985)
Repetitive music

The particularity of that work lies in the four repetitive melodic systems, two in five notes, and two in six notes, with one of them with a semiquaver interval.
The four cycles, as they are superposed, produce different melodic lines every time and the use of various tones makes it possible to obtain rich sound colours. The resulting expression is due to writing and not to playing, despite its rigour.
This version made with the first CX 5m Yamaha computer followed on from a previous version composed for synthesiser and 8-track tape recorder in 1983.
OTHER DIRECTIONS
Patrick Dorobisz
For virtual instrument (physical modeling), computer, piano and clarinet.
12'05
First Creation : Computer Music Festival Seoul - 1997

Music with no directions where the use of a sound which has been created in physical modeling characterizes the form.

The specific feature of this work lies in the use of a sound which has been created in physical modeling (virtual acoustics) with its writing, its life, and moments of time it lets us visit.
This is not a work which tells us a story in the traditional meaning of the word (theme/development), but a work without any definite direction, not a work which leads to a given point with an aim to achieve, but a work which shows us several directions , which shows us musical moments as well as moments of time.
On the contrary to western musics which always lead somewhere, with a definite time and speed, this work takes undefinite ways, explores them for a given moment and let the sound blossom till it dies away.
Then the work takes another direction, explores another sound section and lets us enjoy its musical time.
The whole of the work is conditionned by the concept of musical time to explore.
The "starting point which leads nowhere" in the thematic meaning is first associated to the expressivity of the sound material created in physical modeling and to its dialectic which keeps acting on the micro-structure of this new material.
Stemming from recent research on the type of synthesis used, it is evidence of a new musical generation where the electronic material is as lively as the timbre of a classical instrument.
The musical gesture found again through different controllers and more specifically through a breath controller gives the music all its expressivity, just as a flautist or another instrumentalist playing a wind instrument could.
This material is the guide of the composition, as it develops, it decides about directions to follow. It carries also along a clarinet, a piano and electronic sound materials in the exploration of a musical form.
Often underlied by sound continuums where here again time is off, as if suspended (absence of pulsations), the playing of the clarinet strives to follow it in areas where the breath becomes musical and where rythmic figures reappear only to join those of the piano, as the latter keeps on taking different directions too.
The contrapuntal writing for those two classical instruments and this virtual instrument remains difficult for the timbre of the clarinet or the one of the piano try to take a direction and to lead to a given point, as if these instruments were conditionned by their making. The main caracteristic of this work is therefore a timbre which little by little makes up a musical form where moments of time prevail, let themselves be explored and show another perception of it without however entering the contemplative mode.
  
3+11
Pour silence, instruments ethniques, instruments Européens et ordinateur-1997.

Musique à caractère méditatif dont la perception du temps musical est le souci premier dans la composition.
Cette oeuvre réalisée avec les techniques informatiques est enrichie de couleurs produites par l'échantillonnage d'instruments éthniques de type, Rabab, Sanagi, cloches...qui viennent se superposer
aux instruments Européens, dont une clarinette en 1/4 de ton réalisée avec les moyens de la modélisation physique, et aux matériaux sonores qui ne dépendent pas d'une échelle standardisée.
(Pour simplifier ces matériaux peuvent être qualifier "d'abstraits" bien qu'ils relèvent de l'univers concret des nouvelles technologies.)
Toutes ces différentes lutheries sont utilisées pour produire des textures sonores, organisées en continuums commençant pars des descrescendi et finissant par des crescendi, segmentés par des attaques fortes de type piano et cloches afin de dévoiler des segments de silence et leur conférer une musicalité
d'égale importance, au sens où il s'agit de la conscience du temps/silence et non pas du concept métrique.
Una
Patrick Dorobisz  [ 1980 ]
Pour une note de violon, bande magnétique, orgue ou synthétiseur.
Durée indéterminée.

Una fait suite à plusieurs recherches artistiques conceptuelles, et recherches musicales électroniques élaborée à l'aide d'oscillateurs, de synthétiseurs et de magnétophones.
Une partie harmonique est jouée en direct, les autres séquences sont enregistrées, le violon est enregistrée sur bande sur un second magnétophone et est mis en action par le dispositif d'enclenchement de la bande tout en le ralentissant.
Ma volonté ici de reprendre le langage musical dans sa plus stricte simplicité, (quelques notes mises en boucles et répétées à l'infini).
Geométria -1989
Musique pour ordinateur et synthèse FM - [ 12'43 ]
Patrick Dorobisz

La technique de composition de Géométria met en jeu un traitement de l'espace sonore par une dynamisation et une mobilité permanente de blocs sonores, qui dépendent d'une inspiration d'éléments graphiques: le point, la ligne et le plan.
Grammaire formelle éléborée par le peintre et théoricien Wassily Kandinsky.
L'espace sonore est traité par analogies à l'espace de la géométrie Euclidienne. Le souci de rendre audible
la lisibilité des formes dessinées, a déterminé la composition tout comme les figures ont influé sur la composition graphique.
3 sections sonores caractérisent l'oeuvre, et à chacune d'entre-elles correspondent des formes d'enveloppes particulières, et déterminantes pour la création de chaque matériau sonore.
La 1ère section de 0 à 4'11 tente de correspondre aux lignes courbes, aux points/cercles et à la couleur qui est le bleu. (Correspondances Kandinskienne entre figures et couleurs)
L'équalisation de cette section reste assez sombre, les fréquences aigues sont atténuées.
Type d'enveloppe utilisée:  attaque nulle/durée dans le temps importante.

La 2ème section de 4'11 à 7'12 tente de correspondre aux lignes droites et à la couleur rouge, l'atmosphère est plus agressive.
Type d'enveloppe utilisée: attaque forte/durée importante.

La 3ème section de 7'13 à 12'43 correspond aux variations des éléments précédemment traités et à la couleur jaune puis blanche (White noise dominant)
Type d'enveloppe utilisée: attaque longue équivalente à son temps de chute.
La Symphonie des machines .
Patrick Dorobisz [ 1985 ]
[ Réalisation IPEM-Gand - Belgique ].
Musique pour bande magnétique, échantillonneur, et ordinateur.
3 séquences.
1-Aria, 2-Akhitektonika, 3-Souprématika
[ Prix international Electroacoustique Bourges 1986 ]

Séquence 1: ARIA 2'46 (bande magnétique)
Cette première séquence est composée de matériaux bruts aux contours très nets, (bruits réels de machines d'imprimerie), ponctuée de silence, un peu comme le noir et blanc qui dévoilent une forme purement utilitaire.
Chaque son possède sa propre localisation spatiale, il est autonome dans un espace quadriphonique.
Le resserrement des intervalles de silence engendre le rapprochement des matériaux sonores, la rythmique
qui se révèle ne repose plus sur le concept des hauteurs, mais sur celui de la spatialisation: elle annonce le concept de mélodie spatiale: distribution successive des matériaux sonores dans un espace donné.

Séquence 2: Akhitektonika 6'24 (bandes magnétique et échantillonneur)
Cette deuxième séquence est toujours composée de matériaux bruts (bruits des machines), dont certains
sont échantillonnés, transformés et mis en contrepoint. Chaque élément sonore se mixte dans une construction résultant avant tout d'un processus de composition spatiale.

Séquence 3: Souprématika 9'05- synthèse FM et ordinateur.
Cette troisième séquence se caractérise par la création de sons numériques réalisés à partir de l'analyse du spectre sonore des matériaux bruts de la séquence 1-Aria, et ceux de la séquence 2-Akhitektonika, dans
le but de créer une organisation spectrale dépendante des blocs sonores obtenus.
Ces blocs sonores sont obtenus en combinant la micro-structure du matériau sonore et un cycle de x notes.
L' ensemble de la pièce est gérée par l'ordinateur CX5 et le système MIDI.
L'orphéon de Jade
Patrick Dorobisz
(Réalisation IPEM-Gand-1985).
Musique répétitive.

La particularité de cette pièce réside en 4 systèmes mélodiques répétitifs, deux en 5 notes, deux autres en 6 notes, dont l'un est décalé par une double croche: ces systèmes étant ecrits en croches.
 
Les 4 cycles superposés produisent à chaque fois des lignes mélodiques différentes, et l'exploitation de multiples timbres permet une richesse de couleurs sonores. Il en résulte une expression dûe à l'écriture et non au jeu, malgré sa rigueur.
Cette version réalisée avec l'ordinateur CX 5m-yamaha, fait suite à une précédente version réalisée avec un synthétiseur et un magnétophone 8 pistes en 1983.
AUTRES DIRECTIONS
Patrick Dorobisz
Pour instrument virtuel (modélisation physique), ordinateur, piano midi et clarinette.
Durée : 12 ' 05
1ere Création : Computer Music Festival Séoul - 1997


La caractéristique de cette oeuvre réside dans l'utilisation d'un son réalisé en modélisation physique (acoustique virtuelle), avec son écriture, sa vie, son expressivité et des moments de temps qu'il nous laisse visiter.

Il ne s'agit pas d'une oeuvre qui  raconte une histoire... développement...etc mais une oeuvre sans direction définie, une oeuvre qui ne va pas vers un point donné, mais une oeuvre qui nous montre plusieurs directions dans un univers atonal.
A l'inverse des musiques occidentales qui vont toujours quelque part avec un temps et une vitesse définie, l'oeuvre prend des chemins aléatoires, les explore pendant un moment donné, et laisse le son s'épanouir jusqu'à ce qu'il meurt.
Elle reprend ensuite une autre direction, explore une autre section sonore et nous laisse vivre son temps musical.
Toute l'oeuvre est conditionnée par ce concept de temps musical à explorer.
Le "point de départ qui ne va nulle part" au sens thématique, s'attache d'abord à l'expressivité de ce matériau sonore réalisé en modélisation physique et à sa dialectique qui agit sans cesse sur la forme musicale.
Issu des recherches récentes quant au type de synthèse utilisée, il est le témoin d'une nouvelle génération technologique au service de la musique, où le matériau sonore est aussi vivant que celui d'un instrument classique.
Le matériau sonore forge la forme musicale, et les couleurs expressives de la modélisation physique nous montrent une autre perception du temps, sans toutefois entrer dans le mode contemplatif.